Occupation du sol et aménagements architecturaux d’époque gallo-romaine à Cavaillon

Mis à jour le 05/02/2018

Un diagnostic positif a été réalisé par le Service d’archéologie du Département au lieu-dit Grand Grès à Cavaillon.

A l’origine de l’opération archéologique, une demande volontaire de diagnostic a été adressée à la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Provence Alpes Côte d’Azur, préalablement à la réhabilitation d’un ancien dépôt affecté à la vente de matériaux de construction. La demande a été déposée par la Société Anonyme l’Immobilière Européenne des Mousquetaires le 21 juillet 2016.
Le terrain sondé se situe en contre-bas du piémont nord-ouest de la colline Saint Jacques, limité au nord à quelques centaines de mètres par le cours du Coulon.

C’est dans ce secteur, à une dizaine de mètres plus au nord que, dans la première moitié du XXe s., André Dumoulin, alors conservateur du Musée de Cavaillon, avait procédé à quelques explorations archéologiques. Plusieurs puits avaient été ainsi découverts et quelques-uns partiellement fouillés couvrant une période comprise entre le Ve s. et le Ier s. avant notre ère.

Le site expertisé est donc situé au cœur d’un secteur de Cavaillon très précocement urbanisé.  Les résultats archéologiques obtenus lors de cette opération, viennent ainsi compléter les précédentes opérations menées dans le secteur.
La principale caractéristique de cette occupation tient à la découverte de plusieurs vestiges antiques, dont un tronçon inédit de voirie antique, qui, à l’origine, desservait côté nord l’oppidum de la colline Saint-Jacques, avec à l’est de la voie, une zone d’artisanat de tabletterie constituée par un dépôt d’os débités et travaillés, éparpillées sur plusieurs hectares d’habitations attribuable à l’Age du Fer et enfin, le long du chemin de Béraud, de deux sépultures à incinération du Ier avant J.- C..

Lors de cette nouvelle opération, les vestiges mis au jour se caractérisent par la découverte de petites fosses ayant livré quelques éléments de mobilier céramique gallo-romaine attribuables à la fin du Ier s. ap. J.-C.

C’est avec le sondage 9 que la collecte d’informations a pris une toute autre ampleur. En effet, à 1,90 m dans le sous-sol, plusieurs structures architecturales antiques ont été découvertes. Appartenant pour l’essentiel à une solide construction, le mobilier collecté indique  une utilisation ayant couvert une période comprise entre le Ier avant J.- C. et le Ier s. ap. J.-C.

L’intérêt de cette construction imposante réside dans sa situation topographique, par rapport à l’entrée nord-ouest de la colonie cavaillonnaise. En effet à cet emplacement aucun bâti antique n’avait jusqu’à ce jour était découverte. Seules quelques cabanes avaient été mises en évidence lors des précédentes opérations archéologiques.

Au final, il pourrait s'agir d’une limite, d’une zone de transit, d’un poste de contrôle permettant de gérer l’accès à la cité de Cabellio. 

Vers le haut