Commission Gagnière

Mis à jour le 05/02/2018

Qu'est-ce que la Commission Gagnière ?

Instance consultative et extra-départementale, elle intervient au titre de la collectivité sur des opérations de préservation et de restauration d'objets et d'archives du patrimoine non protégé, c’est-à-dire ni classés, ni inscrits au titre des Monuments Historiques.

Cette commission s'appuie sur les compétences scientifiques : 

En préalable à l'octroi de subvention, la Commission Gagnière assure une mission d'expertise et de conseil auprès des responsables des biens patrimoniaux. Elle apporte un conseil scientifique et technique aux propriétaires, communes ou associations dans le montage des dossiers, le choix des restaurateurs, le suivi des travaux de restauration. 

Composition de la commission Gagnière

  • Le Président du Département (ou son représentant),

  • 8 conseillers départementaux désignés par l'Assemblée départementale,

  • 2 membres de droit " experts-rapporteurs " choisis pour leurs compétences scientifiques,

  • 8 membres qualifiés représentatifs des différents secteurs dans lesquels la commission intervient.

Les dossiers doivent être impérativement examinés par la Commission Gagnière avant le début des travaux de restauration. Il est tenu compte du nombre d'habitants de la commune requérante, de l'intérêt artistique ou historique de l'œuvre.

Selon l'objet à restaurer, il est fait appel à l'avis d'un expert avant le passage du dossier en commission.

Télécharger la procédure de demande d'aide pour la restauration du Patrimoine non protégé.

Vos contacts

  • Commission Gagnière

    Direction Patrimoine et Culture

    Département de Vaucluse
    Téléphone : 04 90 16 15 00

  • FDIE et P.R.N.P. :

    Direction du Développement et des Solidarités Territoriales
    Département de Vaucluse 
    Téléphone : 04 90 16 15 00

    Formulaire de contact

Retour d’une œuvre restaurée avec le soutien de la Commission Gagnière

Peinture représentant saint Charles Borromée et saint Babylas, XVIIe siècle.
Cette peinture a retrouvé sa place dans le chœur de l’église le 13 février 2015. Elle est d’un grand intérêt historique car elle montre combien l’influence de la Réforme catholique, à l’époque moderne, a pénétré dans les campagnes les plus reculées.

Télécharger :

à voir aussi

Vers le haut