Le Musée d'Histoire Jean Garcin 39-45, l'Appel de la Liberté à Fontaine-de-Vaucluse

Mis à jour le 21/06/2017

Le Musée d’Histoire 39-45 évoque la vie quotidienne des Français sous l’occupation, la Résistance en Vaucluse et propose une réflexion sur l’intelligence en guerre, engagement de nombreux poètes, écrivains et artistes.

Histoire

En 1981, le Département de Vaucluse décide d’acquérir une collection privée : le Musée des restrictions de Raymond Granier, constituer d'un fonds de plus de 10 000 pièces : objets, documents, photographies, archives, illustrant le temps des pénuries et des restrictions durant les années de guerre et d’occupation.

Ce musée est l’émanation de la volonté de l'Assemblée départementale et de son président général  Jean Garcin, « Colonel Bayard » dans la Résistance. Il s’agissait de témoigner de façon pérenne d’une histoire récente tout en dépassant l’anecdotique de l’événement pour tendre vers l’expression et le rayonnement d’un idéal universel.

L’un des plus grands décorateurs de l’histoire du cinéma français et américain, Willy Holt, César de la décoration en 1988 pour le film de Louis Malle, Au revoir les enfants, a contribué au projet muséographique.

  • «Un décor authentique : toucher la sensibilité pour susciter la réflexion...», extrait de l'entretien de Willy Holt à propos de la création du musée en avril 1991.

Ouvert en juillet 1990, ce musée propose un lieu-ressources  à travers une approche pluridisciplinaire de la période 1939-1945 – historique, littéraire, artistique.

 

 

Le musée en images...

Les collections

L’originalité des collections réside essentiellement dans la richesse des objets consacrés à la vie quotidienne. De 1939 à 1949, les Français furent soumis à un système organisé de restrictions alimentaires qui devait profondément marquer les mémoires et les comportements. La faim, le manque, la privation dominaient. Ce vécu résonne encore au sein des familles et de l’inconscient collectif. A cette collection exceptionnelle, autour du « système D », du « système démerde », ont été reconstitués les décors d’une école, d’une mairie, d’un logement, d’une épicerie, d’une librairie... Etrange vie quotidienne où la recherche de la nourriture, autre que les topinambours indigestes, était ponctuée par les descentes aux abris. La guerre, elle, se poursuivait accompagnée de l’engrenage pervers de la collaboration d’Etat. De nombreux objets et documents témoignent des images et des symboles. Ils accompagnent la France de l’ombre qui s’organise, la France insurgée, la Lumière de la liberté avec nombre d’éditions originales et de manuscrits de René Char, Max Jacob, Georges Rouault, Paul Eluard, René-Guy Cadou…

Cheminement muséographique

L’œuvre d’Henri Matisse, La Chute d’Icare, réalisée en 1943 pour la revue Verve, accueille les visiteurs dans le hall d’entrée. Le noir de l’affiche symbolise la nuit profonde que traversait la patrie mutilée et divisée. Le sang versé, venu du cœur, s’inscrit sur une blancheur immaculée dans la nuit cosmique éclairée par les constellations d’étoiles.

  • Au rez-de-chaussée :

- la Vie quotidienne des Français sous l’occupation, évoque Le traumatisme de la défaite, Le Vichy de la Révolution nationale, Les restrictions au jour le jour, L’engrenage pervers de la collaboration d’Etat et les convictions d’un régime affirmées dès l’origine : l’anticommunisme, l’antimaçonnisme, l’antisémitisme,… L’édition pétainiste et la presse du kiosque.

  • Au premier étage :

- La Résistance en Vaucluse : son organisation, ses réseaux, ses actions et péripéties,  inscrit les événements locaux dans la grande histoire nationale. Elle fournit les récits et les témoignages des acteurs de l’événement pour mieux appréhender les motivations profondes au travers des sections : La guerre n’est pas finie, Pour que vive la France, Le parfum de la rose blanche, Ceux qui ont vendu leur âme, La France de l’ombre s’organise, La France insurgée, La lumière de la Libération.

- La Liberté de l’esprit, au témoignage de la naissance et de l’essor des idéaux dans les Lettres et les Arts présente au travers d’éditions originales, de manuscrits autographes, de revues clandestines, soumises à la censure ou provenant de l’étranger : L’engagement d’avant-guerre aux sources de la Résistance, L’exil pour certains, le départ en Amérique des surréalistes, Les poètes casqués et leur contestation, Les premières publications d’opposition, Ecrire, imprimer, éditer dans la clandestinité.
    

Un espace documentaire

La gestion du Centre de documentation est assurée par une bibliothécaire. Responsable des fonds patrimoniaux et documentaires, elle a pour mission de conserver le patrimoine acquis et de l’enrichir par la mise en œuvre d’une veille documentaire.

Sur rendez-vous, elle reçoit les particuliers ainsi que les enseignants et leurs classes. Sur demande, elle réalise des recherches spécifiques et des bibliographies pour les lecteurs, les étudiants et les chercheurs.

Si l’essentiel de la documentation traite du second conflit mondial, sont également présentées des informations sur le siège de Paris (1870-1871), la Grande Guerre, l’Entre-deux-guerres et la période postérieure à 1945. Les collections sont mises en valeur par la diversité de leurs supports (imprimé, électronique et numérique) et par leur classement thématique.

De plus, une collection de documents en lien avec la programmation d’éducation citoyenne aux thématiques actuelles telles que les droits de l’Homme, de l’Enfant, les échanges Nord-Sud, l’immigration, la Liberté et les libertés est également mise à la disposition de tous.

A ce jour, le fonds se compose d’environ 4 000 pièces auxquelles s’ajoutent des documents d’archives et des photographies.

  • 2 360 ouvrages documentaires

  • 1 160 ouvrages d’époque et ouvrages d’art : éditions originales, illustrées, sur l’activité littéraire et artistique dans la Résistance ainsi qu’une vingtaine de manuscrits

  • 450 titres de périodiques documentaires et patrimoniaux

  • une vidéothèque de 170 films documentaires, d’archives et de fictions dont 34 sur DVD

  • des CD-Rom : Histoire parallèle, Les cent jours du 6 juin, Normandie Terre-Liberté, 1945, Shoah, La Résistance, Le ghetto de Varsovie, Opération Teddy Bear, Mémoire de pierre, Mémoires de la Déportation

  • une phonothèque d’environ 70 pièces. Les enregistrements sont édités par l’I.N.A., Radio-France, France Culture, PEMF… sur l’Appel du 18 juin, la France Libre dans le monde, de Gaulle, les premiers Résistants, chants et poèmes des maquis, le débarquement, la Libération, le négationnisme, l’avènement des droits de l’Homme… Elle est également composée d’archives sonores des témoins de la guerre en Vaucluse

  • des documents d’archives référencés par liasses : Les restrictions 1914-1918 et 1939-1945 (la vie quotidienne), les armées, la mobilisation, la guerre éclair, les prisonniers, les camps, la Révolution nationale, les chantiers de jeunesse, la Relève, le S.T.O., la propagande de Vichy, les groupements de collaboration, la propagande alliée, la Résistance en Vaucluse, la presse clandestine…

  • une photothèque d’environ 2 000 photographies constituée à partir des agences photographiques et des centres de documentation spécialisés (Lapi-Viollet, Keystone, Centre de documentation juive, Bibliothèque Nationale, La Documentation française, le Musée d’histoire contemporaine) sur les thèmes suivants : les hommes politiques, la collaboration, la L.V.F., la milice, la répression, la déportation, les camps, Nuremberg, la Résistance, la radio clandestine, le sabotage, les relevés des différents terrains de parachutage et les lieux de bivouacs du Vaucluse.

Un objet, une histoire

à télécharger

Horaires d'ouverture

Tous les jours sauf le mardi 

  • du 1er avril au 31 octobre : 13 heures à 18 heures,

  • ouvert toute l'année pour les groupes sur réservation (à partir de 10 personnes).

Le musée est fermé le 1er Mai.

Tarifs

  • Tarif normal : 3,50 euros

  • Tarif réduit   : 1,50 euro

En savoir plus sur les tarifs

Gratuité pour tous
  • tous les premiers dimanches du mois

  • à l’occasion des manifestations nationales (Journées Européennes du Patrimoine, Nuit des musées,…) et événements ponctuels.

Organiser une visite

Réservations

Groupes et scolaires 

pré-réservez votre visite

Contact

Musée d’Histoire Jean-Garcin 39 – 45, l’Appel de la Liberté

Chemin du gouffre - 84 800 Fontaine-de-Vaucluse
Téléphone : 04 90 20 24 00
musee-appel-liberte@(enlever cette mention entre parenthèses)vaucluse.fr

Venir au musée

Coordonnées GPS : 43.922100 - 5.130100

Vers le haut