La sécurité routière

Mis à jour le 23/06/2017

Malgré les nombreux progrès réalisés, le nombre d’accidents reste élevé dans le Vaucluse. Chacun doit veiller, par son comportement, à sa sécurité et à celle des autres.

 

Le territoire vauclusien : un nœud routier entre le sud-est et le sud-ouest de la France

Le réseau routier et autoroutier du Vaucluse est dense et fortement utilisé. Nœud routier entre le sud-est et le sud-ouest de la France, son trafic augmente ainsi de 2% en moyenne par an.

La grande variété des usages augmente les risques (déplacements locaux, agricoles, touristiques, transports de marchandises, cyclotourisme). Le trafic très dense dans les grandes villes (Carpentras, Orange, Avignon) et sur certains grands axes (Bollène-Orange-Avignon, Avignon-Carpentras, Avignon-Cavaillon-Apt) est également un facteur de danger. 

Cette intensité du trafic fait que le taux d'accident est légèrement supérieur à la moyenne nationale pour une densité de population équivalente.

Des moyens pour réguler le trafic

Pour entretenir, exploiter et dimensionner ses infrastructures en fonction des besoins en déplacement, les services du département de Vaucluse disposent d’équipements spécifiques qui permettent de connaitre les caractéristiques du trafic sur une grande partie de son réseau routier et d’analyser leur évolution.

Bien qu’une baisse du nombre d’accidents corporels soit engagée depuis dix ans, il ressort des diagnostics de sécurité que les vitesses inadaptées constituent trop souvent un facteur de risque. C’est la raison pour laquelle le Département réactualise régulièrement les prescriptions qui s’imposent aux usagers de la route en adaptant la signalisation au contexte et à l’environnement de ses routes.

Néanmoins, l’installation de dispositifs s’avère parfois nécessaire sur certaines sections pour réguler les comportements : le Département participe aux aménagements destinés à faire ralentir dans les traversées d’agglomération, et une vingtaine de radars ont été déployés par les services de l’État pour contrôler la vitesse sur les sections de route départementale où elle est à l’origine d’accidents.

Prévenir pour guérir

Engagé dans une démarche globale de sensibilisation des Vauclusiennes et des Vauclusiens à la Sécurité Routière, le Département poursuit un ensemble d'actions de prévention, de sensibilisation et d'intervention sur la voirie départementale visant prioritairement à améliorer la sécurité routière.

Tout au long de l'année, le département de Vaucluse soutient diverses manifestations au cours desquelles une sensibilisation aux risques routiers est faite aux visiteurs. Ainsi des animations autour de la voiture-tonneau et du véhicule test-aux-chocs sont proposées afin de démontrer l'efficacité du port de la ceinture de sécurité.
Ces dispositifs permettent de simuler des situations d'accidents de la route (tonneaux, choc frontal) et de donner ainsi conscience des risques réels encourus par les automobilistes.

Toucher les jeunes

Les bons réflexes doivent être acquis dès le plus jeune âge, ainsi le Département engage d’importantes actions de sensibilisation des jeunes à la sécurité routière.

Depuis l'année scolaire 1997, le département de Vaucluse propose, en effet, une action de prévention au sein des établissements scolaires volontaires.

Pour une route plus sûre

Les aménagements structurants sont réalisés chaque année afin de maintenir une qualité satisfaisante des 2370 kilomètres du réseau routier départemental.

Concrètement, le Département a consacré plus de 60 millions d'euros pour la réalisation de travaux et d’aménagements sécuritaires en particulier: 

  • la modification de carrefours

  • l’aménagement d’arrêts de cars

  • la réfection des couches de chaussées

  • la rectification de virages

  • la création d’accotements

  • la mise en place d’équipements de sécurité.

Recensement du trafic routier pour l'année 2015

Le Conseil départemental suit l’évolution des conditions de circulation dans le Vaucluse à partir d’équipements de comptage positionnés sur son réseau routier.  
Les données recueillies par ces stations permettent chaque année l’élaboration d’une carte portant l’indication du nombre moyen de véhicules comptabilisés par jour aux différents points de mesure : le trafic moyen journalier.
Aux points signalés par un carré rouge, situés sur le réseau routier principal, les données de trafic des véhicules motorisés sont recueillies en permanence. Pour chacun d’eux, la moyenne journalière annuelle (MJA) est calculée en divisant le nombre de véhicules enregistrés sur un an par 365 jours, dans lequel on distingue le pourcentage des poids-lourds.
Aux points de mesures signalés par un triangle les données de trafic sont également recueillies en permanence mais concernent uniquement les vélos.
Aux points de mesure signalés par un point, les données de trafic des véhicules motorisés sont recueillies lors d’enquêtes ponctuelles réalisées sur une période plus limitée, généralement sur 7 jours. La couleur du point permet d’identifier l’année de réalisation de l’enquête.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Rappel : Les routes départementales sont réparties en 3 catégories :

•    En bleu, le réseau structurant qui assure, en complément du réseau des routes nationales, le maillage principal du Département. Il est destiné à supporter le trafic de transit et à vocation à desservir les principales agglomérations du Département.
•    En vert, le réseau de rabattement qui assure, par des liaisons de ville à ville, le rabattement de la circulation vers le réseau structurant.
•    En gris foncé, le réseau de désenclavement qui est constitué par les routes à faible trafic et qui assurent les dessertes locales et à vocation touristique.

Vers le haut