Campagne de prévention pluie inondation

Mis à jour le 05/02/2018

Chaque année, principalement durant la période de septembre à mi-décembre, les régions méditerranéennes connaissent des épisodes de pluies intenses pouvant conduire à des crues soudaines.

 

Les 8 bons comportements en cas de pluies méditerranéennes intenses

  • Je m’informe et je reste à l'écoute des consignes des autorités dans les médias et sur les réseaux sociaux en suivant les comptes officiels

  • Je ne prends pas ma voiture et je reporte mes déplacements

  • Je me soucie des personnes proches, de mes voisins et des personnes vulnérables

  • Je m’éloigne des cours d’eau et je ne stationne pas sur les berges ou sur les ponts

  • Je ne sors pas, je m’abrite dans un bâtiment et surtout pas sous un arbre pour éviter un risque de foudre

  • Je ne descends pas dans les sous-sols et je me réfugie en hauteur, en étage

  • Je ne m’engage ni en voiture ni à pied: pont submersible, gué, passage souterrain... Moins de 30 cm d’eau suffisent pour emporter une voiture

  • Je ne vais pas chercher mes enfants à l’école, ils sont en sécurité

Dans le Vaucluse, les risques sont donc avérés d’autant que les deux tiers des surfaces de notre département sont inondables.

Il faut éviter de se mettre en danger en suivant les huit bons comportements à adopter, des gestes de bon sens comme de reporter ses déplacements lorsque le niveau de vigilance de Météo France indique que des phénomènes météorologiques dangereux risquent de survenir.

Le phénomène des pluies méditerranéennes intenses

Trois à six fois par an en moyenne, de violents systèmes orageux apportent des précipitations intenses sur les régions méditerranéennes. Ils peuvent apporter 200 litres/m2 ou plus en une journée (1 litre/m2=1mm par mètre carré), soit environ le tiers de ce qui tombe en moyenne à Paris en un an. Le Gard, l'Ardèche, puis l'Hérault et la Lozère figurent en tête des départements où on observe le plus souvent des épisodes mais le Vaucluse est également concerné,

Les épisodes méditerranéens sont liés à des remontées d'air chaud, humide et instable en provenance de Méditerranée qui peuvent générer des orages violents parfois stationnaires. Ils se produisent de façon privilégiée en automne, moment où la mer est la plus chaude, ce qui favorise une forte évaporation. Plus la température de la mer est élevé, plus les risques de pluies intenses sont importants.

S'il est vrai que le massif des Cévennes est réputé pour l'intensité des épisodes qui l'affectent, des situations fortement pluvieuses frappent tout l'arc méditerranéen et sont donc loin d'être exclusivement "cévenoles".
 

Des situations météorologiques particulières

Les situations météorologiques génératrices de fortes pluies sur les régions méditerranéennes sont de deux types :

  • Celles où l'influence du relief est prépondérante : L'exemple cévenol illustre parfaitement l'influence du relief sur les régimes de précipitations. Lorsque qu'une masse d'air chaude et humide, poussée par des vents se soulève le long du relief, elle se refroidit avec l’altitude et se condense avant de finir par retomber sous forme de fortes précipitations.

  • Les situations orageuses liées exclusivement aux conditions météorologiques : ces systèmes orageux ne couvrent alors pas forcément des zones très étendues, mais génèrent de très fortes intensités de précipitations (dépassant souvent les 100 mm/h). Des cellules orageuses stationnaires se forment : une bulle d'air froid de surface agit alors comme un relief en soulevant la masse d'air toujours au même endroit. Un phénomène de ce type a été observé le 6 septembre 2010 à Cavaillon

Épisodes méditerranéens et changement climatique

L’épisode du 22 septembre1992 dans le Vaucluse reste l’un des plus violent et des plus tragique que la Région ait connue: ce sont près de 300 mm (l'équivalent de 3 à 4 mois de précipitations) qui se sont déversés en 5 heures seulement en amont de Vaison-la-Romaine, provoquant une crue éclair de l'Ouvèze.

Aujourd’hui, et compte tenu des changements climatiques, les météorologues craignent que ces épisodes deviennent de plus en plus fréquents.

Déjà, l'automne 2014 s'est distingué par la persistance de situations fortement perturbées sur les départements méditerranéens, des Cévennes et de la Côte d'Azur conduisant à  un nombre record d'épisodes (depuis 1958) entre le 16 septembre et le 30 novembre (9 épisodes).

Vers le haut