Monuments aux morts

L'œuvre

Le Monument aux morts de la commune de La Tour-d’Aigues a été commandé en 1922 au sculpteur d’origine marseillaise Thomas Cartier. Ce monument se présente sous la forme d’une stèle brisée. A l’origine, il comportait en partie basse un groupe sculpté en calcaire, figurant un Poilu au combat.

Malheureusement, la pierre choisie, trop fragile, n’a pas résisté aux intempéries et a été supprimée, remplacée à une date indéterminée par le décor actuel, à savoir une épée plantée au sol séparant les deux colonnes de noms des soldats tombés durant les combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) et de la guerre d’Algérie (1954-1962).

Au revers du monument se trouve une autre plaque surmontée de palmes entrecroisées. Elle porte, dans un cartouche : « Aux enfants de La Tour-d’Aigues morts pour la France » et liste tous les soldats originaires de la commune décédés lors de la Grande Guerre, année par année.

La restauration

Exposé aux intempéries et à la pollution automobile, le monument aux morts présente de nombreuses altérations sans gravité, essentiellement d’ordre esthétique.

Le marbre de la plaque nominative est altéré, poreux, tâché. L’encre des lettres s’est estompée et est devenue difficilement lisible.

Le marbre a donc été nettoyé puis consolidé avant d’être traité contre les intempéries. Les encres anciennes dénaturées, ont été retirées puis il a été procédé à la remise en encre du lettrage.

L'intérêt départemental

Les monuments aux morts témoignent d’une continuité mémorielle à laquelle le Département de Vaucluse s’associe pleinement.