La sécurité routière

Le territoire vauclusien : un nœud routier entre le sud-est et le sud-ouest de la France

Le réseau routier et autoroutier du Vaucluse est dense et fortement utilisé.

Nœud routier entre le sud-est et le sud-ouest de la France, son trafic augmente ainsi de 2% en moyenne par an.

La grande variété des usages augmente les risques (déplacements locaux, agricoles, touristiques, transports de marchandises, cyclotourisme). Le trafic très dense dans les grandes villes (Carpentras, Orange, Avignon) et sur certains grands axes (Bollène-Orange-Avignon, Avignon-Carpentras, Avignon-Cavaillon-Apt) est également un facteur de danger.

Cette intensité du trafic fait que le taux d'accident est légèrement supérieur à la moyenne nationale pour une densité de population équivalente.

Des moyens pour réguler le trafic

Pour entretenir, exploiter et dimensionner ses infrastructures en fonction des besoins en déplacement, les services du Conseil départemental de Vaucluse disposent d'équipements spécifiques qui permettent de connaitre les caractéristiques du trafic sur une grande partie de son réseau routier et d'analyser leur évolution.

Bien qu'une baisse du nombre d'accidents corporels soit engagée depuis dix ans, il ressort des diagnostics de sécurité que les vitesses inadaptées constituent trop souvent un facteur de risque. C'est la raison pour laquelle le Conseil départemental réactualise régulièrement les prescriptions qui s'imposent aux usagers de la route en adaptant la signalisation au contexte et à l'environnement de ses routes.

Néanmoins, l'installation de dispositifs s'avère parfois nécessaire sur certaines sections pour réguler les comportements : le Conseil départemental participe aux aménagements destinés à faire ralentir dans les traversées d'agglomération, et une vingtaine de radars ont été déployés par les services de l'État pour contrôler la vitesse sur les sections de route départementale où elle est à l'origine d'accidents.