Le Musée d'Histoire Jean Garcin 39-45 à FONTAINE DE VAUCLUSE

Le Musée d’Histoire 39-45 évoque la vie quotidienne des Français sous l’occupation, la Résistance en Vaucluse et propose une réflexion sur l’intelligence en guerre, engagement de nombreux poètes, écrivains et artistes.

Le port du masque est obligatoire

Nouvelles règles de visite dans les Musées départementaux

En raison de la crise sanitaire liée au COVID-19, des modalités de visites spécifiques sont mises en place afin de garantir la sécurité de tous :

  • respect des mesures barrières à l’intérieur du musée,
  • port du masque obligatoire à l’intérieur du musée,
  • limitation du nombre de visiteurs accueillis simultanément dans les différents sites, les groupes de plus de 10 personnes ne seront pas admis,
  • instauration d’un sens strict de visite et fermeture, si besoin, de certains espaces,
  • départs de visite toutes les dix minutes,
  • mise à disposition de gel hydro alcoolique, désinfection quotidienne des locaux.

 

 

Histoire

En 1981, le Département de Vaucluse décide d'acquérir une collection privée : le Musée des restrictions de Raymond Granier, constitué d'un fonds de plus de 10 000 pièces : objets, documents, photographies, archives, illustrant le temps des pénuries et des restrictions durant les années de guerre et d'occupation.

Ce musée est l'émanation de la volonté de l'Assemblée départementale et de son président général Jean Garcin, " Colonel Bayard " dans la Résistance. Il s'agissait de témoigner de façon pérenne d'une histoire récente tout en dépassant l'anecdotique de l'événement pour tendre vers l'expression et le rayonnement d'un idéal universel.

L'un des plus grands décorateurs de l'histoire du cinéma français et américain, Willy Holt, César de la décoration en 1988 pour le film de Louis Malle, Au revoir les enfants, a contribué au projet muséographique.

Ouvert en juillet 1990, ce musée propose un lieu-ressources à travers une approche pluridisciplinaire de la période 1939-1945 - historique, littéraire, artistique.

 

Les collections

L'originalité des collections réside essentiellement dans la richesse des objets consacrés à la vie quotidienne. De 1939 à 1949, les Français furent soumis à un système organisé de restrictions alimentaires qui devait profondément marquer les mémoires et les comportements. La faim, le manque, la privation dominaient. A  partir de cette collection exceptionnelle, ont été reconstitués les décors d'une école, d'une mairie, d'un logement, d'une épicerie, d'une librairie... Etrange vie quotidienne où la recherche de la nourriture, autre que les topinambours indigestes, était ponctuée par les descentes aux abris. La guerre, elle, se poursuivait accompagnée de l'engrenage pervers de la collaboration d'Etat. De nombreux objets et documents témoignent des images et des symboles. Ils accompagnent la France de l'ombre qui s'organise, la France insurgée, la Lumière de la liberté avec nombre d'éditions originales et de manuscrits de René Char, Max Jacob, Georges Rouault, Paul Eluard, René-Guy Cadou...

Consulter la collection des musées vauclusiens

Cheminement muséographique

L'œuvre d'Henri Matisse, La Chute d'Icare, réalisée en 1943 pour la revue Verve, accueille les visiteurs dans le hall d'entrée. Le noir de l'affiche symbolise la nuit profonde que traversait la patrie mutilée et divisée. Le sang versé, venu du cœur, s'inscrit sur une blancheur immaculée dans la nuit cosmique éclairée par les constellations d'étoiles.

  • Au rez-de-chaussée :
    • la Vie quotidienne des Français sous l'occupation, évoque : Le traumatisme de la défaite, Le Vichy de la Révolution nationale, Les restrictions au jour le jour, L'engrenage pervers de la collaboration d'Etat et les convictions d'un régime affirmées dès l'origine : l'anticommunisme, l'antimaçonnisme, l'antisémitisme,... L'édition pétainiste et la presse du kiosque.
  • Au premier étage :
    • La Résistance en Vaucluse : son organisation, ses réseaux, ses actions et péripéties, inscrit les événements locaux dans la grande histoire nationale. Elle fournit les récits et les témoignages des acteurs de l'événement pour mieux appréhender les motivations profondes au travers des sections : La guerre n'est pas finie, Pour que vive la France, Le parfum de la rose blanche, Ceux qui ont vendu leur âme, La France de l'ombre s'organise, La France insurgée, La lumière de la Libération.
    • La Liberté de l'esprit, au témoignage de la naissance et de l'essor des idéaux dans les Lettres et les Arts présente au travers d'éditions originales, de manuscrits autographes, de revues clandestines, soumises à la censure ou provenant de l'étranger : L'engagement d'avant-guerre aux sources de la Résistance, L'exil pour certains, le départ en Amérique des surréalistes, Les poètes casqués et leur contestation, Les premières publications d'opposition, Ecrire, imprimer, éditer dans la clandestinité.

Venir au musée